!!! COMPLET !!! Il y a 100 ans, le fascisme italien dévoilait son vrai visage : « L’assassinat le 10 juin 1924 de Giacomo Matteotti, député socialiste » – Mercredi 5 juin 2024, à l’ULB, 9h30-16h)

Hélas la journée d’étude Matteotti de ce mercredi 5 juin est complète, mais nous vous invitons à prendre connaissance de cet article publié dans « Syndicats » —- La limite de capacité d’accueil de la salle est atteinte. Les inscriptions ultérieures au 3 juin 15h ne seront pas prises en compte. Nous nous en excusons d’avance.

!! Informations pratiques et lien d’inscription (gratuite mais obligatoire) ci-dessous !!

Le fascisme s’installe en Italie à la suite de la « Marche sur Rome » de 1922.  Le régime s’est imposé à coups de violences et d’assassinats, mais le roi confie le pouvoir à Mussolini. Le nouveau régime est bien perçu par la droite qui y voit un énergique « retour à l’ordre ».

À l’étranger, la personne de Mussolini est largement caricaturée comme celle d’un César de pacotille, ridicule mais sans danger.

L’enlèvement et l’assassinat du député socialiste Matteotti, qui s’était opposé à Mussolini à la Chambre et avait contesté le résultat des élections qui venaient de se dérouler dans un climat de violence, signent donc un électrochoc pour l’opinion publique.

Le crime commandité par Mussolini ébranle temporairement le régime fasciste mais précède de peu son renforcement, l’établissement officiel de la dictature et la fin de la monarchie parlementaire.

Les deux camps sont désormais clairement séparés.

Matteotti n’est certes pas la première victime du fascisme mais en devient le symbole.

À l’étranger, et notamment en Belgique, un véritable culte lui est voué dès que sa mort est connue. On lui consacre un monument, des rues et même une chanson en wallon !

La journée d’études qu’organise le CHSG de l’ULB le 5 juin se centrera sur les mobilisations des différents milieux politiques et philosophiques belges par rapport à ce fait majeur de l’histoire italienne et les comparera avec les autres mobilisations en souvenir du martyr de l’antifascisme.

Programme de la journée

9h30 : Accueil

10h-12h Matinée (présidence de séance : Francine Bolle, ULB)

  • 10 h : Introduction : »Pourquoi se souvenir de l’assassinat de Matteotti, symbole des victimes du fascisme italien ?  » (Anne Morelli, ULB)
  • 10h30 : « Qu’est-ce qu’un martyr politique au début du XXe siècle?  » (Pierre Marie Delpù, ULB)
  • 11 h : « Le souvenir de Giacomo Matteotti à l’étranger » (Giacomo Colaprice, Università di Bari)
  • 11h30 :  » Les socialistes belges et le « culte » de Matteotti » (Joffrey Liénart, Bibliothèque et Archives de l’Institut Emile Vandervelde)

12h : Pause-déjeuner

13 h: Visite de l’exposition sur Matteotti et la Belgique présentée dans la Bibliothèque de Sciences Humaines de l’ULB

14h-16h : Après-midi (présidence de séance : Cécile Piret, ULB)

  • 14 h:  » La réaction des communistes belges face à l’assassinat » (François Belot, CARCOB)
  • 14h30: « La Franc-maçonnerie italienne et Giacomo Matteotti » (Fulvio Conti- Università di Firenze)
  • 15h :  » La mémoire de Matteotti en Italie après le fascisme » (Stefano Gallo, CNR et Directeur scientifique de la Bibliothèque Franco Serantini)
  • 15h30 : Débat

16 h: Clôture des travaux

Informations pratiques

Lieu : Université libre de Bruxelles, Salle H. Janne, 15ème étage de l’Institut de sociologie, 44 avenue Jeanne, 1050 – Bruxelles

Inscription (gratuite mais obligatoire) via le lien : Inscription Journée d’étude 5 juin 2024 à l’ULB – centenaire de l’assassinat de Matteotti | Framaforms.org

Troisième journée d’étude « Nuances de Rouges », à l’ULB, le 24 mai 2024 (10h-16h30)

Le Centre d’histoire et de Sociologie des Gauches (CHSG, ULB), l’Unité de Recherche Mondes modernes et contemporains (MMC, ULB), le CArCoB et le DACOB ont le plaisir de vous convier à la troisième journée d’étude, organisée le 24 mai 2024 (10h-16h30) à l’Université libre de Bruxelles, consacrée à l’ancrage social du monde communiste en Belgique et à ses relations avec les domaines culturels et artistiques.

Cette journée d’étude s’inscrit dans un projet de recherche plus large « Nuances de Rouge » portant sur cent ans de relations entre le monde communiste et les arts plastiques en Belgique. Ce projet vise d’une part à publier la première monographie scientifique sur ce thème et, d’autre part, à organiser une exposition d’œuvres d’art.

!!!! Inscription requise (pour la commande de sandwichs) avant le 20/05 minuit via le formulaire en ligne : https://framaforms.org/inscription-troisieme-journee-detude-nuances-de-rouge-le-vendredi-24-mai-2024-1711388655 !!!!

Programme de la journée

Matinée

10h -11-30 : Notices

  • 10h-10h30 : Pierre Buch, Kurt Peiser
  • 10h30-11h : Philippe Moins, Jo Dustin
  • 11h-11h30 : Paul Aron, Camiel Van Breedam

11h30-11h45 : Pause café

11h45-13h : Ouvertures

  • 11h45 -12h15 : Thierry Lecloux, Le monde de la BD, engagements et prises de position
  • 12h15-12h45 : Ludovic Recchia, Les collections du Centre de la Céramique de la Fédération Wallonie-Bruxelles (Keramis)
  • 12h45-13h : Discussion

Après-midi

14h-15h30 : Contextes internationaux et comparaisons 

  • 14h-14h30 : Anne Morelli, Des artistes-peintres dans le cadre de l’hégémonie culturelle du Parti communiste italien (1945-1989) 
  • 14h30-15h : Céline de Potter, Les USA et l’Angleterre
  • 15h-15h30 : François Robichon, Du manifeste de l’AER à la Querelle du réalisme (1932-1936)

15h30-16h30 : Discussion générale

Informations pratiques :

Comité d’organisation :

Paul Aron (ULB) Francine Bolle (ULB) Céline De Potter (U. Lille) Virginie Devillez, Marie Godet (Centre Daily-Bul&Co), Jose Gotovitch (CArCoB) Anne Morelli (ULB) Marc Somville (Archives Roger Somville) Theun Vonckx (DACOB) Margaux Van Uytvanck (ULB), Nicolas Verschueren (ULB).

Journée d’étude organisée avec le soutien de la Faculté de Philosophie et Sciences sociales de l’Université libre de Bruxelles

Présentation 

Toile de Roger Somville, 1965, collection privée.
Toile de Roger Somville, 1965, collection privée.

Si le parti communiste est resté un parti relativement marginal dans le monde ouvrier, il a néanmoins marqué la société belge à plusieurs moments de son histoire, par son rôle dans de grandes grèves, la lutte contre le nazisme, l’accueil des enfants de la République espagnole, le mouvement de la paix et de nombreux combats sociaux (réduction du temps de service militaire, droits des femmes, libéralisation de l’avortement, etc.)

Grâce à cet ancrage dans l’histoire nationale et dans la résistance, grâce aussi au prestige de la révolution d’Octobre et aux mouvements tiers-mondistes, de nombreux artistes plasticien(ne)s ont rejoint ses rangs ou ont participé à des activités organisées par lui. Ces liens concernent aussi les courants dissidents du monde communiste, les mouvements trotskistes ou maoïstes, les groupes et partis qui s’en revendiquent.

Publication : L’héritage perdu du Parti communiste italien – Une histoire du communisme démocratique (Hugues Le Paige)

À l’automne 2024, le Centre d’histoire et de sociologie des gauches de l’ULB accueillera Hugues Le Paige pour une présentation publique de son ouvrage L’héritage perdu du Parti communiste italien – Une histoire du communisme démocratique, qui vient de paraître aux éditions Les impressions nouvelles.

Aussi, nous reproduisons ici la couverture et la quatrième de couverture avec la présentation de l’ouvrage. Dès que la date de la rencontre avec Hugues Le Paige sera fixée, elle sera communiquée ici, ainsi que par mail aux abonnés à notre newsletter (pour vous abonner, il suffit de nous envoyer un email à l’adresse chsg@ulb.be avec en objet « Inscription newsletter ») et sur notre page Facebook (https://www.facebook.com/CentreHistoireSociologiedesGauches).

Le modèle belge : une inspiration pour le mouvement ouvrier européen. Vendredi 15 mars 2024 (10h-16h30)

LE MODÈLE BELGE. UNE INSPIRATION POUR LE MOUVEMENT OUVRIER EUROPÉEN

Représentations et positions du mouvement ouvrier belge dans le mouvement ouvrier européen : modèle, réseaux, centre.

Journée d’étude – Université libre de Bruxelles – 15 mars 2024

L’objet de cette journée du 15 mars 2024 est d’étudier la représentation et la place du mouvement ouvrier belge dans l’espace européen. Plutôt qu’une étude de cas classique, centrée sur les composantes du mouvement ouvrier en Belgique, on cherchera à élargir la focale, l’échelle, pour étudier, analyser, la place imaginaire et effective qu’occupa le mouvement ouvrier belge dans un cadre inter- et transnational.

Pour penser les positions et les rôles respectifs du mouvement ouvrier, un ensemble de notions furent convoquées. Nous repartirons de celles-ci pour en interroger le sens et la portée.

Tout d’abord, une première table ronde reviendra sur la notion de « modèle » d’organisation – pensons notamment à la célèbre expression de « parti modèle » –, dont s’inspirerait ou qu’imiteraient des « mouvements frères ». Ensuite, nous étudierons la place et le rôle fantasmé et véritable des « réseaux », auxquels aurait appartenu le mouvement ouvrier en Belgique. À quel point ces réseaux furent-ils solides, efficaces, permanents ? À quoi tiennent-ils ? Enfin, nous reviendrons sur la place de la Belgique, notamment Bruxelles, comme centre d’un mouvement ouvrier international. Si la Belgique ou Bruxelles jouèrent le rôle de capitale ou de centre, s’agit-il d’un centre administratif, politique ou économique du mouvement ouvrier ? Et en quel sens ?

Evénement coorganisé par l’Unité Mondes modernes et contemporains, le Centre d’Histoire et de Sociologie des Gauches de l’ULB et l’Institut Marcel Liebman, avec le soutien du FNRS et de la Faculté de philosophie et sciences sociales, et en collaboration avec la bibliothèque de l’Institut Emile Vandevelde.

Programme complet et informations pratiques ci-dessous

Entrée libre (pas d’inscription requise)

Lieu et horaire : Campus du Solbosch

  • 10h-13h15 : Salle Paul-Henri Spaak – Institut d’études européennes, 39 Avenue Franklin Roosevelt – 1050 Bruxelles.

  • 14h30-16h30 : Local AW1.121 – 50 Avenue Franklin Roosevelt – 1050 Bruxelles.

Plan du campus : https://www.ulb.be/fr/solbosch/plan-du-campus

Contact : Martin.georges@ulb.be

La journée d’étude sera suivie le samedi 16 mars d’une

Hommage à José Gotovitch, fondateur du Centre d’histoire et de sociologie des gauches (par Anne Morelli)

Chers Collègues, chers Amis,

Le décès de notre collègue José Gotovitch a donné lieu à de nombreux hommages très mérités.
On a relevé abondamment ses origines, sa direction du CEGES, ses trois ouvrages les plus saillants (« L’An 40 » avec Jules Gérard-Libois, sa thèse sur les communistes dans la Résistance et son dernier livre sur la Jeunesse communiste dans l’entre-deux-guerres).

 José à Cuba (la Havane) en 2001 (photo : Anne Morelli).

On a trop peu, selon moi, parlé du professeur enthousiasmant qu’il fut, réussissant même à faire lire à de futurs businessmen et avocats le livre clé de Frantz Fanon dénonçant les méfaits du colonialisme ! J’ai reçu après son décès de nombreux messages d’anciens étudiants rappelant son charisme et l’élan qu’il leur communiquait en leur expliquant tant la méthode historique scrupuleuse qu’il pratiquait que la révolution cubaine qui avait illuminé sa jeunesse.

Les communiqués officiels ont parlé de son appartenance à l’Académie, qu’il a pourtant fuie rapidement, mais, par contre, son appartenance maçonnique a généralement été gommée. José Gotovitch faisait partie d’une loge particulière, intitulée « La butte aux cailles » dont il fut orateur. Cette butte a été le dernier bastion de la Commune de Paris après sa défaite, c’est évidemment tout un symbole. Dans cet atelier, qui se réunissait non pas dans un temple mais dans une arrière-salle de café (!), on rappelait le rôle des maçons communards et on y chantait « Le temps des Cerises »….

Un autre important « trou » de la biographie officielle qui s’est répandue après son décès, concerne le rôle essentiel de José Gotovitch dans la création et le maintien depuis plus de 35 ans du Centre d’histoire et de sociologie des gauches, qui, pour les plus jeunes d’entre vous, n’est sans doute qu’un nom sur une porte du 13ème étage de l’Institut de Sociologie.

Il considérait, hors de ses fonctions officielles au CEGES, ce Centre comme la prunelle de son œil, son enfant illégitime bienaimé.

Lorsque les Etats-partis de l’Est se sont effondrés en 1989, la création simultanée d’un « Groupe d’histoire et de sociologie du communisme » au sein de l’Institut de Sociologie était un peu une provocation. Le communisme continuait à exister et restait en tous cas objet d’étude et de réflexion.

Autour de José Gotovitch se groupent des historiens, des sociologues et des politologues (Pascal Delwit, Jean-Michel Dewaele…) pour faire vivre ce Groupe dans deux directions : des séminaires mettant en valeur des travaux sur ce thème et des colloques ou Journées d’études destinés à susciter des recherches nouvelles et parfois accompagnés d’expositions originales.

La première initiative publique du Groupe fut un colloque qui vit se réunir des chercheurs très divers (certains venant des Etats-Unis, d’autres du Japon) et intitulé « Victor Serge: Vie et oeuvre d’un révolutionnaire ». Ce révolutionnaire, à sa sortie du goulag soviétique, manifestait encore fermement son espoir de voir le communisme triompher et, après un passage en Belgique, il avait rejoint le groupe trotskyste au Mexique.

Les communications furent publiées dans la revue « Socialisme » de juillet-octobre 1991. A l’époque cette revue, imprimée par le P.S., manquait cruellement de matériaux, publiait les discours les plus conventionnels des responsables du PS, et son responsable, plus anarchiste que socialiste, était trop content de nous laisser toute la place et de publier les textes de nos colloques sous forme de n° spécial.
Il en fut ainsi également pour le colloque sur les « médecins rouges » ou pour « Hiroshima sans amour » (1995) qui nous valut l’honneur de recevoir Jozef Rotblat qui, quelques semaines plus tard allait être honoré du Prix Nobel de la Paix.

José et moi regretterons plus tard de ne pas avoir créé, depuis le début, une collection spécifique du Groupe, devenu (par prudence ?) « Centre d’histoire et de sociologie des gauches »… Les nombreux ouvrages auxquels le CHSG a donné naissance sont donc hélas éparpillés chez des éditeurs très divers

Les initiatives se sont succédées avec une grande régularité : « La peur du Rouge », « Militantisme et militants », « Contester dans un pays prospère » « Les solidarités internationales », « Presse radicale, presse communiste »…, et plus récemment des réflexions collectives, très suivies par un public fidèle et renouvelé, sur les espoirs soulevés par 1917 ou sur Rosa Luxemburg.

Dans plusieurs cas, des expositions sont nées également dans le cadre du CHSG : sur l’anticommunisme, sur la caricature dans la presse communiste, sur l’anarchiste Francisco Ferrer…Expositions souvent itinérantes.

Le CHSG est actuellement dirigé par Nicolas Verschueren, avec l’aide précieuse de Francine Bolle, que José Gotovitch estimait hautement. Historienne du syndicalisme, elle a approfondi des recherches entamées par José Gotovitch sur la présence des communistes dans les syndicats de l’entre-deux-guerres. Depuis des années, elle s’est attelée avec énergie à maintenir la tradition des journées d’études et des séminaires du CHSG.

En 2023, Paul Aron a lancé via le CHSG un grand projet d’exposition et de livre sur les artistes belges et le communisme. Ceux qui ignoraient, par exemple, que Magritte fut membre du P.C. belge allaient y apprendre énormément. Lors de la première séance de ce projet (qui a rassemblé un très nombreux public avenue Jeanne), José Gotovitch était évidemment parmi nous.

Quant aux séminaires, pas une année n’en a manqué. Généralement animés par de jeunes chercheurs, ils nous ont réservé des moments riches, intéressants mais aussi dramatiques.
En effet, Eric Remacle devait en 2013,  lors d’un de ces séminaires, présenter un livre original sur les Belges dans la guerre d’Espagne. Je venais de lui céder la parole, lorsqu’il s’effondra à mes côtés et, malgré des soins immédiats, les ambulanciers ne purent que constater son décès. Il avait 52 ans et venait d’accepter de s’impliquer davantage dans le CHSG.

Cette création de José Gotovitch a donc traversé des orages mais est toujours bien vivante. J’espère qu’au -delà de la disparition de son fondateur, le CHSG peut se préparer à fêter bientôt ses 40 ans. 40 ans de recherche, de vulgarisation mais aussi de rêve politique.

Anne Morelli

Professeure honoraire de l’ULB

Deuxième journée d’étude « Nuances de Rouge », à l’ULB, 24 novembre 2023

!!! ATTENTION !! L’accès au Hall des marbres (AX1.216) se fait directement par l’avenue Franklin Roosevelt, 50 : https://www.ulb.be/fr/solbosch/plan-du-campus (et non par la bibliothèque comme annoncé précédemment) !!!

MISE À JOUR : Les inscriptions sont clôturées. Cependant, la journée d’étude reste accessible à celles et ceux qui ne sont pas inscrit.es, mais nous vous demandons -dans ce cas- d’apporter votre lunch (la commande de sandwichs a été effectuée en fonction du nombre de personnes inscrites).

Le Centre d’histoire et de Sociologie des Gauches (CHSG, ULB), l’Unité de Recherche Mondes modernes et contemporains (MMC, ULB), le CArCoB et le DACOB ont le plaisir de vous convier à la seconde journée d’étude, organisée le 24 novembre 2023 (10h-17h) à l’Université libre de Bruxelles (Hall des Marbres), consacrée à l’ancrage social du monde communiste en Belgique et à ses relations avec les domaines culturels et artistiques.

Cette journée d’étude s’inscrit dans un projet de recherche plus large « Nuances de Rouge »  portant sur cent ans de relations entre le monde communiste et les arts plastiques en Belgique. Ce projet vise d’une part à publier la première monographie scientifique sur ce thème et, d’autre part, à organiser une exposition d’œuvres d’art.

!!!! Inscription requise (pour la commande de sandwichs) avant le 20/11 minuit via le formulaire en ligne : https://framaforms.org/nuances-de-rouge-24-novembre-2023-1699952601 !!!!

Programme de la journée

10h15. Paul Aron : Calendrier des activités prévues avant l’exposition- Présentation des projets éditoriaux

10h 30. Autour des collections :

  • Hendrik Ollivier, Les collections Wilchar et Deltour à l’AMSAB
  • Ludovic Recchia, Les collections du Centre de la Céramique de la Fédération Wallonie-Bruxelles (Keramis)
  • Camille Baillargeon, Préserver l’héritage artistique de Forces murales : la collection Dubrunfaut – Somville à l’IHOES.

12h 30. Déjeuner

13h 30-15h 50. Autour des artistes : Présentation de notices en vue du Dictionnaire.

  • Charles Counhaye (Paul Aron)
  • Frans Masereel (Samuel Dégardin)
  • Marcel Broodthaers (Margaux Van Uytvanck)
  • Paul Renotte (Jules Pirlot)
  • Marcel Mariën (Marie Godet)
  • Reinaart Vanhoe et Benjamin Husson. Influences, filiations et stratégies politiques en art actuel (Guillaume Clermont)

15h 50-16h : Pause-café

16h – 17h : Discussion sur la grille adoptée, la longueur des textes, les illustrations.

Infos pratiques :

!! ATTENTION !! L’accès au Hall des marbres (AX1.216) se fait directement par l’avenue Franklin Roosevelt, 50 : https://www.ulb.be/fr/solbosch/plan-du-campus 

Inscription requise (pour la commande de sandwichs) avant le 20/11 minuit via le formulaire en ligne : https://framaforms.org/nuances-de-rouge-24-novembre-2023-1699952601 :

Présentation :

Toile de Roger Somville, 1965, collection privée.
Toile de Roger Somville, 1965, collection privée.

Si le parti communiste est resté un parti relativement marginal dans le monde ouvrier, il a néanmoins marqué la société belge à plusieurs moments de son histoire, par son rôle dans de grandes grèves, la lutte contre le nazisme, l’accueil des enfants de la République espagnole, le mouvement de la paix et de nombreux combats sociaux (réduction du temps de service militaire, droits des femmes, libéralisation de l’avortement, etc.)

Grâce à cet ancrage dans l’histoire nationale et dans la résistance, grâce aussi au prestige de la révolution d’Octobre et aux mouvements tiers-mondistes, de nombreux artistes plasticien(ne)s ont rejoint ses rangs ou ont participé à des activités organisées par lui. Ces liens concernent aussi les courants dissidents du monde communiste, les mouvements trotskistes ou maoïstes, les groupes et partis qui s’en revendiquent.

Les communistes italiens et le colonialisme (1926-1956) – Giulio Fugazzotto – Séminaire du 25 octobre 2023, 18h-20h

Ce mercredi 25 octobre 2023 (18h-20h), pour son premier séminaire de l’année académique 2023-2024, le Centre d’Histoire et de Sociologie des Gauches accueillera Giulio Fugazzotto (doctorant en histoire contemporaine à l’Université d’Urbino, Carlo Bo et chercheur visiteur au CHSG) pour un exposé sur le thème « Les communistes italiens et le colonialisme (1926-1956)« .

Depuis sa fondation, le Parti communiste italien (PCI) s’est intéressé à la question coloniale, en organisant des « missions » dans les colonies italiennes, en tissant des liens avec les mouvements anticoloniaux en Afrique et en promouvant des réseaux de solidarité avec les populations colonisées. 

Lors de ce séminaire, Giulio Fugazzotto retracera les lignes d’évolution d’une politique développée par le parti italien entre le milieu des années 1920 et la seconde moitié des années 1950, à travers l’étude des cas de la Tunisie, de l’Égypte et de la Corne de l’Afrique.

L’exposé sera suivi d’un échange avec le public.

Gratuit et ouvert à tou.tes.

Télécharger l’affiche en cliquant ici

Lieu : Université libre de Bruxelles, Campus du Solbosch, Institut de Sociologie, bâtiment S, Salle Henri Janne, 15ème étage, S15.331, avenue Jeanne à 1050 Ixelles. Voir plan du campus : https://www.ulb.be/fr/solbosch/plan-du-campus

Nous contacter : chsg@ulb.be

Nuances de Rouge

Cent ans de relations entre arts plastiques et monde communiste en Belgique

Journée d’étude, le jeudi 11 mai 2023 (9h15-18h), à l’ULB, salle Somville

Le Centre d’histoire et de Sociologie des Gauches de l’ULB, l’Unité de Recherche Mondes modernes et contemporains (ULB), le CArCoB et le DACOB ont le plaisir de vous convier à la journée d’étude, organisée le 11 mai 2023 à l’Université libre de Bruxelles (salle Somville), consacrée à l’ancrage social du monde communiste en Belgique et à ses relations avec les domaines culturels et artistiques.

Cette journée d’étude s’inscrit dans un projet de recherche plus large « Nuances de Rouge »  portant sur cent ans de relations entre le monde communiste et les arts plastiques en Belgique. Ce projet vise d’une part à publier la première monographie scientifique sur ce thème et, d’autre part, à organiser une exposition d’œuvres d’art.

Présentation :

Si le parti communiste est resté un parti relativement marginal dans le monde ouvrier, il a néanmoins marqué la société belge à plusieurs moments de son histoire, par son rôle dans de grandes grèves, la lutte contre le nazisme, l’accueil des enfants de la République espagnole, le mouvement de la paix et de nombreux combats sociaux (réduction du temps de service militaire, droits des femmes, libéralisation de l’avortement, etc.)

Toile de Roger Somville, 1965, collection privée.
Toile de Roger Somville, 1965, collection privée.

Grâce à cet ancrage dans l’histoire nationale et dans la résistance, grâce aussi au prestige de la révolution d’Octobre et aux mouvements tiers-mondistes, de nombreux artistes plasticien(ne)s ont rejoint ses rangs ou ont participé à des activités organisées par lui. Ces liens concernent aussi les courants dissidents du monde communiste, les mouvements trotskistes ou maoïstes, les groupes et partis qui s’en revendiquent.

Programme :

9h15-9h30 : Introduction

9h30-10h30 : Adrian Thomas : une brève histoire du parti communiste en Belgique.

10h30-11h30 : Anne Morelli : les débuts du PCB : War Van Overstraeten et Guillaume Vanden Borre

11h30-12h30 : Erik Buelinckx : Les répercussions de la révolution bolchévique dans la revue Haro !

13h30-14h30 : François Belot : les débats des années 1950-1960 documentés dans les archives du Parti.

14h30-15h30 : Theun Vonckx : Autour de quelques artistes communistes ou compagnons de route flamands.

15h30-16h : Pause-café

16h-17h : Laurent Courtens : Pour une étude de la critique d’art communiste après 1945.

17h-18h : Paul Aron et Margaux Van Uytvanck : Les mouvements artistiques en liaison avec le monde communiste

Informations pratiques :

  • Lieu : Université libre de Bruxelles, Campus du Solbosch, Institut de sociologie, bâtiment S (entrée 4, 44 avenue Jeanne, 1050 Bruxelles, Plan du campus du Solbosch), 1er étage, Salle Somville.
  • Inscriptions : la journée est gratuite et ouverte à toutes et tous, mais il est souhaitable de s’inscrire auprès de Francine Bolle (Francine.Bolle@ulb.be)

Comité d’organisation :

Paul Aron (ULB) Francine Bolle (ULB) Céline De Potter (U. Lille) Virginie Devillez, Marie Godet (Centre Daily-Bul&Co), Jose Gotovitch (CArCoB) Anne Morelli (ULB) Marc Somville (Archives Roger Somville) Theun Vonckx (DACOB) Margaux Van Uytvanck (ULB), Nicolas Verschueren (ULB).

Journée d’étude organisée avec le soutien de la Faculté de Philosophie et Sciences sociales de l’Université libre de Bruxelles

Ana Fernandez Asperilla, La politisation des immigrés espagnols en Belgique au XXème siècle – Séminaire du 24 février 2023 (12h-14h).

Pour son second séminaire de l’année académique 2022-2023, le Centre d’Histoire et de Sociologie des Gauches de l’ULB accueillera Ana Fernandez Asperilla (Universidad Complutense – Madrid) pour un exposé (suivi d’un échange avec le public) sur La politisation des immigrés espagnols en Belgique au XXème siècle.

Tout au long du XXème siècle des Espagnols sont venus vivre en Belgique, soit pour y travailler soit pour s’y soustraire à des persécutions politiques et parfois pour ces deux raisons emmêlées.

Lors de périodes de dictature, ils ont découvert en Belgique la démocratie (relative) qui y était en vigueur.
Ils ont contribué à donner aux Belges une image de la situation politique de leur pays.
En Belgique ils ont poursuivi les combats politiques qui avaient obligés certains d’entre eux à l’exil.

L’exposé présentera des exemples de cette politisation qui, lors du franquisme, « contamina » largement l’émigration économique espagnole.

Après la fin de la dictature, cette politisation intense alla en s’effaçant et en prenant des formes nouvelles jusqu’à nos jours.

Ana Fernandez Asperilla est historienne (Universidad Complutense – Madrid).
Elle peut être considérée comme la meilleure spécialiste de l’histoire des Espagnols en Belgique. Elle leur a consacré des ouvrages entiers ( cf Mineros, sirvientas y militantes ) mais a beaucoup écrit aussi sur l’émigration espagnole en général (cf La patria en la maleta, avec Josè Babiano) Son dernier ouvrage (Emigrar despues de la crisis) est consacré à l’émigration récente des Espagnols.

Lieu : Université libre de Bruxelles, Campus du Solbosch, Institut de Sociologie, bâtiment S, 12ème étage, Salle Rokkan, S12.234. 44 avenue Jeanne à 1050 Ixelles. Voir plan du campus : https://www.ulb.be/fr/solbosch/plan-du-campus

Nous contacter : chsg@ulb.be

Événement Facebook :

Festival de CREATION-FACTORI

« Pouvoir d’achat et mobilisations populaires »

Du 8 au 16 février 2023

Télécharger le programme complet (voir également ci-dessous)

En réunissant des acteurs issus des mondes de la recherche, de l’éducation permanente et de la conservation et de la valorisation d’archives, le collectif CREATION (Centre de ressources, d’animation et d’innovation sur l’histoire sociale, le travail, l’insertion et la reconversion) entend mobiliser l’histoire comme outil pour éclairer les évolutions contemporaines du travail, de l’insertion et de la reconversion professionnelle et territoriale. Le projet s’inscrit dans une dynamique Factori plus large, portée par l’Instance Bassin Hainaut Sud, regroupant cinq partenariats thématiques : en savoir plus sur la dynamique Factori.

Le collectif, dont fait partie notre Centre d’Histoire et de Sociologie des Gauches (CHSG), organise son premier Festival grand public du 8 au 16 février 2023 sur le thème« Pouvoir d’achat et mobilisations populaires » avec, comme point d’ancrage, un épisode fondateur et pourtant largement méconnu de l’histoire sociale de Charleroi : la révolte du Moulin de Marchienne de 1867, qui renvoie à la fois à la misère ouvrière, à la constitution de coopératives, à la question des salaires et du prix des « farines », …

Sur le site https://factori-creation.be/ vous trouverez le programme complet du Festival (expositions, journée d’études, balade contée et promenade historique, pièce de Théâtre « Germinal l’intemporel », ateliers créatifs, ciné-débat, (petits-)déjeuners écoresponsables et participatifs, etc.) mais aussi une présentation du collectif Création, de la dynamique FACTORI dans laquelle s’insère le collectif, la liste des nombreux partenaires associés au projet, un formulaire pour nous contacter, etc.

La plupart des activités du Festival sont gratuites, mais l’inscription est requise (nombre de places limitées !!) via le formulaire suivant : https://framaforms.org/festival-factori-creation-du-08022023-au-16022023-inscriptions-aux-activites-1671447161

Organisé avec le soutien de : la région wallonne, la Ville de Charleroi, TRANSFO – Research Center for Social Change, et la Faculté de Philosophie et Sciences sociales de l’ULB.  

Lieu : le Festival se déroulera en divers lieux à Charleroi – voir programme détaillé ci-dessous.

Lien vers l’événement Facebook et vers la page facebook Création-Factori.

Nous contacter : info@creation-factori.be